avoir

avoir à + infinitif (l’accord du participe passé avec) Certains ouvrages estiment qu’avec avoir à + infinitif le participe passé peut au choix s’accorder avec le COD placé devant le verbe, si l’on considère que celui-ci dépend du participe, ou rester invariable, si l’on considère qu’il dépend de l’infinitif1.

En fait, la règle est déterminée par la possibilité de rapporter le COD au participe passé et de transformer le groupe prépositionnel (à + infinitif) en subordonnée relative précédée de et. Dans le cas positif, l’accord se fait ou non.

La leçon qu’elle a eu(e) à étudier

peut être rendu sous la forme :

 La leçon qu’elle a eue et qu’elle a étudiée.

Dans le cas négatif, l’accord ne se fait pas.

 Les régions qu’il a eu à visiter

ne peut être rendu sous la forme :

 Les régions qu’il a eues et qu’il a visitées.

Remarques :

1. Dans le cas positif, l’accord dépend de ce que l’on veut exprimer. Si avoir à est pris comme locution verbale signifiant « devoir », son participe passé demeure invariable.

 La leçon qu’elle a eu à (= qu’elle a dû) étudier.

Si au contraire la préposition est rattachée à l’infinitif, avec lequel elle forme une sorte de complément de but ou de destination, son participe passé s’accorde avec le COD.

 La leçon qu’elle a eue à étudier (= pour qu’elle l’étudie).

2. Lorsque chaque verbe a son COD, nous sommes dans la seconde situation, et le participe passé s’accorde automatiquement.

 Les difficultés que j’ai eues à la persuader.

Sources :

  • Colin (Jean-Paul), Dictionnaire des difficultés du français, Paris, Dictionnaires Le Robert (coll. « Les Usuels du Robert. Poche »), cop. 1994.
  • Dournon (Jean-Yves), Dictionnaire d’orthographe et des difficultés du français, éd. entièrement revue en 1982, Paris, Librairie générale française (coll. « Le Livre de poche »), 1982.
  • Dupré (Paul), Encyclopédie du bon français dans l’usage contemporain, 3 vol., Paris, Éd. de Trévise, DL 1972.
  • Girodet (Jean), Pièges et difficultés de la langue française, Paris, Bordas (coll. « Dictionnaire Bordas »), cop. 2007.
  • Grevisse (Maurice) et Goosse (André), Le Bon Usage, 14e éd., De Boeck, Duculot, 2008 [1936].
  • Hanse (Joseph) et Blampain (Daniel), Nouveau Dictionnaire des difficultés du français moderne, 4e éd., De Boeck, Duculot, 2000.
  • Mauger (Gaston), Grammaire pratique du français d’aujourd’hui, 7e éd. revue, Librairie Hachette, 1975 [1968].
  • Thomas (Adolphe Victor), Dictionnaire des difficultés de la langue française, sous la dir. de Michel de Toro, Larousse (coll. « Références Larousse »), 1996 [1971].