hallucinatoire

hallucinatoire et hallucinogène Ces deux adjectifs ne doivent pas être pris l’un pour l’autre. Le premier signifie « relatif à l’hallucination » tandis que le second veut dire « qui provoque l’hallucination ».

 Ces champignons hallucinogènes lui ont causé un délire hallucinatoire.


Hallucinatoire est lexicalisé dès 1877 dans les suppléments du Dictionnaire de la langue française d’Émile Littré et du Grand Dictionnaire universel de Pierre Larousse avec le sens de « qui a rapport à l’hallucination ». À la fin du xixe siècle, il se relève sous l’acception « qui provoque des hallucinations ».

Les sorciers se frottaient d’une pommade hallucinatoire qui leur donnait des rêves obscènes.

Joséphin Péladan, Études passionnelles de décadence : le vice suprême, p. 68.

L’apparition de hallucinogène, lexicalisé en 1968, rend cette dernière acception rare et inutile.

Sources :

  • Académie française, Dictionnaire de l’Académie française, 9e éd., 3 vol., Paris, Imprimerie nationale, Fayard, 1992-2011.
  • Larousse, Le Petit Larousse illustré, éd. 2010, Larousse, 2009.
  • Larousse, Nouveau Petit Larousse en couleurs, Librairie Larousse, 1968.
  • Larousse (Pierre), Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, 17 vol., Paris, Administration du Grand Dictionnaire universel, 1866-[ca 1896].
  • Littré (Émile), Dictionnaire de la langue française, 5 vol., Paris, Hachette et Cie, 1863-1877.
  • Péladan (Joséphin), Études passionnelles de décadence : le vice suprême, 2e éd., Librairie des auteurs modernes, 1884.