météo

 Apocope de météorologie, emprunt au grec meteôrologia, « recherche ou traité sur les météores1 ».


L’emploi de ce nom féminin pour désigner le temps qu’il fait, les conditions atmosphériques est abusif. On ne dira donc pas :

 La météo a été glaciale cette semaine

mais :

 Le temps a été glacial cette semaine.


Météo s’applique d’abord, au début du xxe siècle, à la science qui étudie les phénomènes atmosphériques et la prévision du temps.

La météo, science difficile, car basée sur le futur, fait des progrès chaque jour…

Hervé Lauwick, « Huit jours vus par Hervé Lauwick », L’Aéro.

Par une première métonymie2, le mot va désigner le service météorologique.

On dit d’autre part à la Météo qu’il fait mauvais temps sur l’Atlantique […].

Roger Labric, « “L’Oiseau Blanc” est au Bourget prêt à s’envoler », Paris-Soir.

Par une deuxième métonymie, il devient synonyme de bulletin météorologique, prévisions.

Le Commandant étale une carte sur la table, et se retourne vers le planton :

— Allez me chercher la météo.

Antoine de Saint-Exupéry, Pilote de guerre, p. 13.

Par une troisième métonymie, il finit par signifier « temps prévu » puis « temps qu’il fait ».

— Alors, quand partirez-vous, M. le professeur ?

— Aussitôt que possible, répondit le physicien. Quand nous aurons réparé notre appareil et que la météo sera bonne.

Alexis Danan, « L’ascension vers la stratosphère du professeur Piccard ne dépend plus maintenant que d’une bonne “météo” », Paris-Soir.

Ce dernier sens est entériné par Le Petit Larousse en 1996.

Sources :

  • Académie française, « Dire, ne pas dire », Académie française [en ligne], Académie française, s. d. [consulté le 8 octobre 2017].
  • Bailly (Anatole), Dictionnaire grec-français, [16e] éd. revue par Louis Séchan et Pierre Chantraine, Paris, Hachette, DL 1959.
  • Bénard (Pierre), « Le “temps” perdu », Le Figaro, 22 avril 2002.
  • Danan (Alexis), « L’ascension vers la stratosphère du professeur Piccard ne dépend plus maintenant que d’une bonne “météo” », Paris-Soir, 13 août 1932.
  • Dictionnaire historique de la langue française, sous la dir. d’Alain Rey, éd. enrichie, 3 vol., Paris, Dictionnaires Le Robert, cop. 1998.
  • Dupré (Paul), Encyclopédie du bon français dans l’usage contemporain, 3 vol., Paris, Éd. de Trévise, DL 1972.
  • Guillemard (Colette), L’affaire est dans le sac et nouveaux mystères des expressions françaises, Paris, Bartillat, DL 2003.
  • Labric (Roger), « “L’Oiseau Blanc” est au Bourget prêt à s’envoler », Paris-Soir, 8 mai 1927.
  • Larousse, Le Petit Larousse illustré, éd. 1996, Larousse, 1995.
  • Lauwick (Hervé), « Huit jours vus par Hervé Lauwick », L’Aéro, 15 mai 1936.
  • Saint-Exupéry (Antoine de), Pilote de guerre, 120e éd., Gallimard, 1942.
  • Trésor de la langue française informatisé [en ligne], Analyse et traitement informatique de la langue française/CNRS/Université Nancy-II, 2002